Articles

Culture hors sol sous serre

Imprimer

Culture hors sol sous serreLa sériciculture (ou culture sous serre) désigne la pratique qui consiste à cultiver des végétaux (soit en culture maraîchère ou en horticulture ornementale) à l'intérieur d'une serre afin de réunir des conditions hygrométriques et photo périodiques adaptées.

La culture sous serre permet de bénéficier de la luminosité naturelle avec la possibilité de rallonger la photopériode par des lumières artificielles tout en gardant le contrôle des conditions hygrométriques. Elle permet notamment de rallonger la période où l'on peut cultiver certains végétaux, ou de les cultiver en dehors des régions où on les trouve originellement.

Le sériciculteur est un jardinier spécialisé dans la culture sous serre. Des formations de sériciculteur sont disponibles.

 

  1. Informations générales
  2. Culture hors sol sous serre
  3. Chercheurs
  4. Liens extérieurs

 

1. Informations générales


2. Culture hors sol sous serre

L'agriculture intensive a permis, au cours du XXe siècle, d'augmenter très fortement les rendements et par voie de conséquence la production agricole, et de diminuer corrélativement les coûts de production. Les gains de productivité réalisés ont autorisé la très forte diminution de la population agricole dans les pays développés (elle ne représente plus que 2 à 3 % de la population active), en répondant aux besoins alimentaires et de fibre (coton) de la population agricole et non agricole et en trouvant de nouveaux marchés via l’exportation massive d'une partie de la production, contribuant parfois à corriger, en partie au moins, les déséquilibres alimentaires existant sur la planète, mais parfois en les accentuant en cassant les marchés locaux non concurrentiels.
L'industrialisation agricole a fait reculer la pénibilité des conditions de vie et/ou de travail des agriculteurs, souvent en augmentant leurs revenus, mais avec une forte perte d'emploi agricole.


L'intensification de l'agriculture datant des années 1960 à 1980 est aussi connue sous le terme de révolution verte. Elle a assuré la sécurité alimentaire, tant en quantité qu'en qualité, des pays développés et a contribué à améliorer l'approvisionnement de certains pays en voie de développement, notamment l'Inde.

Les pays dits « en voie de développement » n'ont souvent pas pu bénéficier des avantages ou des richesses espérées permises par l'agriculture moderne. Les raisons les plus citées en sont des sols et climat souvent défavorables, l'insuffisance d'eau, de capital financier, de formation adaptée et dans un certain nombre de pays de conditions politiques, économiques ou juridiques défavorables, ou les déséquilibres induits par certaines taxes ou protection de marchés, ou surtout par les subventions massives donnée à l'agriculture industrielle des pays riches.

Controverse sur les impacts environnementaux de l'intensification
L'agriculture intensive est parfois accusée d'être pratiquée aux dépens des considérations environnementales, d'où son rejet par un certain nombre de producteurs et de consommateurs, ce à quoi certains défenseurs de l'intensification arguent que l'agriculture intensive ne peut atteindre ses objectifs de rendement qu'en fournissant aux plantes des conditions optimales de croissance, en compensant la perte de fertilité naturelle du sols par des intrants remplaçant les éléments exportés. Leurs détracteurs répondent que justement les engrais et les pesticides contribuent à la perte d'humus et à une dégradation des qualités pédologiques du sol, et que le drainage et l'arrosage ont des impacts en amont et en aval (coûts externes) non compensés.
D'autres enfin notent que certaines agricultures traditionnelles avaient développé d'autres formes d'intensification, sans mécanisation, par exemple avec les rizières traditionnelles, le bocage, l'agrosylviculture ou comme en Amérique en plantant des haricots grimpants sur les tiges de maïs (double récolte, la légumineuse enrichissant le sol en azote au profit du maïs), produisant des récoltes comparables ou dépassant parfois celles permises par la mécanisation et les intrants chimiques.

L'intensification et l'agriculture industrielle sont souvent associée (quelquefois à tort) au développement et à l'utilisation des organismes génétiquement modifiés, et ont pu être mises en rapport avec l'apparition croissante de plantes résistantes à des désherbants totaux, ainsi qu'à des crises telles que la maladie de la vache folle, dioxines dans certaines viandes, ou dispersion de virus tels que le H5N1. Les agriculteurs sont cependant souvent également des victimes de crises liées à l'industrialisation, mais aussi parfois induites par des accidents industriels, ou des pollutions urbaines ou de séquelles de guerres en amont ou en aval de l'agriculture


3. Chercheurs participants à ce projet

Les nom des chercheurs qui ont participé à ce projet :


4. Liens externes en relation avec le projet

  • Agriculture intensive
Monday the 18th. © 2017 LPEA | Université Batna 1
Free Joomla 2.5 templates by New Poker Reviews