Mot du directeur du laboratoire - SITE LATPPAM

Aller au contenu

Menu principal :

Mot du directeur du laboratoire

     

     Les premières plantations arboricoles à caractère commercial dans les Aurès remontent au temps de la révolution agraire, soit le début des années 1970. A cette période, des plans de plusieurs espèces fruitières sont distribuées gratuitement par l'état aux agriculteurs. Avec le temps, les bénéficiaires de ce matériel végétal, ont abandonné les espèces fruitières les moins adaptées, au profit de celles les plus rentables et les plus demandées sur le marché. Actuellement, l'abricotier est l'espèce fruitière la plus cultivée dans les zones les plus chaudes et les moins élevées des Aurès, tandis que, le pommier est prédominant dans les zones les plus froides et les plus élevées, notamment celles qui se trouvent au piémont de Chelia.

    A travers les années, les arboriculteurs de ces régions ont compris que ce matériel végétal dit performant, a besoin d'un entretien autre que celui accordé autrefois aux vergers traditionnels, en particulier, en matière de protection phytosanitaire. Pour faire face aux pertes causées par les différents bio-agresseurs, les arboriculteurs se sont très vite familiarisés avec l'emploi des molécules chimiques dans la cadre de la protection phytosanitaire de leurs cultures. Malheureusement, la méconnaissance et la non maitrise de ces aspects phytosanitaires sont responsables des aberrations constatées dans la plupart cas.

    Conscient du problème et dès son création en 1982, l'institut d'Agronomie de Batna, représenté par ses enseignants spécialisés en protection des végétaux, n'a cessé de traiter des sujets qui préoccupent les agriculteurs de la région.

     Afin d'être plus opérationnel, surtout en matière de la diversification des méthodes de lutte contre les maladies et les ravageurs des cultures dans la région des Aurès, un laboratoire de recherche spécialisé en amélioration des techniques de protection phytosanitaire en agro-système montagneux (LATPPAM) a été crée. Parmi ces principaux objectifs, il y a lieu de citer la réduction du nombre d'interventions chimiques par l'intermédiaire de l'application des méthodes de lutte alternatives plus économiques et plus respectueuses à l'environnement et à la santé humaine.


Le directeur du laboratoire LATPPAM



Pr. Malik  LAAMARI


Copyright 2014 © LATPPAM
Université de Batna avenue Chahid Boukhlouf 05000 Batna -Algérie -
latppam@univ-batna.dz

 
Retourner au contenu | Retourner au menu